Lettre à monsieur le commissaire enquêteur

Projet Rochereau III, dans la Vienne (86), proposant de remplacer des éoliennes de 120m de haut par des aérogénérateurs de 230m. Participation exceptionnelle à l’enquête publique qui semble avoir battu un record en terme de participation.

Présomption de conflits d’intérêts, études tronquées, manque d’information des riverains, mépris du public dénoncé par de nombreuses contributions. Rien ne semble avoir été épargné au commissaire enquêteur en charge du dossier et à la Sergies porteuse du projet (…)

Une contribution (reproduite avec l’autorisation de son auteur), parmi les 1164 recueillies sur le site du registre dématérialisé.

Monsieur,
alors que le clap de fin ne devrait plus trop tarder, voici venue l’heure d’une ultime contribution pour ce qui me concerne.

Prenons un peu de recul, ou de hauteur. Le terme paraissant mieux approprié.

La roche tarpéïenne d’où certains, semble t-il, aimeraient voir beaucoup d’entre nous être jetés, étant proche du capitole mais bien trop loin de Villiers,  vouillé, champigny ou froze . Prenons vous disais-je un peu de hauteur, et installons nous au sommet des futurs éoliennes.

Admirons ce paysage fait de plaines à 30, 40 ou 50km à la ronde. Et intéressons-nous aux oies. A celles du capitole peut-être, et à ces milliers d’autres oiseaux. A leurs cadavres présents aux pieds des éoliennes, et à ceux qui auront été enlevés à la va-vite par les promoteurs éoliens ou l’un de leurs ouvriers polonais détachés sur place le temps du montage d’un nouveau mât.

Triste bilan révélé par des chiffres Européens en terme de mortalité des oiseaux, 10 fois supérieurs à ceux relevés en France. La France, pays des lumières. Raison pour laquelle sûrement aurions-nous tant besoin d’éoliennes, principalement fabriquées à l’étranger.

Ainsi l’oie deviendrait-elle suicidaire en quittant la France. Plus sote, imbécile ou idiote peut-être en arrivant en Allemagne ou Espagne. En se jetant sur les pales des éoliennes de ces pays.

Le rochereau III, nouveau point culminant de la Vienne (?).


Installons nous disais-je à 230m d’altitude et regardons le paysage. De là à voir apparaître les premiers monts du massif centrale ou les contreforts pyrénéens, j’en doute. Les vignes bordelaises, vierges de toutes éoliennes, peut-être pas. Mais les deux tours de la centrale de Civaux sûrement (25% de la production énergétique de la région je crois, présentes encore pour les 40 années à venir), et les centaines d’éoliennes en places ou déjà acceptées dans la Vienne sûrement.


Penchez vous un instant monsieur le commissaire enquêteur et regardez à vos pieds. Ces enfants, ces familles et ces pavillons construits il y a a peine 10 ans à  Villiers. Cette cour d’école et les premiers cadavres. Ceux des pales de nos anciennes éoliennes à enterrer dignement ou retraiter peut être, à  coups de centaines de milliers d euros.

Penchez vous encore un peu et regardez ce champ juste devant vous. Ces empreintes laissées par le temps. Celle des éoliennes et leurs plus de 1000 tonnes de béton par unité, oubliées pour l’éternité dans le sol. Car à qui irez vous faire croire que ces milliers de tonnes; millions de tonnes pour toute la Vienne, seront un jour retraitées.


A monsieur X (le nom a été barré) peut-être, gérant de l’entreprise de travaux publics du même nom qui dans une de ces contributions portait une analyse pertinente sur l’éolien en ces termes: l’éolien c est bien, ça donne du travail dans la région.


La fabrique de canots pneumatiques à Calais aussi, serais-je presque tenté de lui répondre avec ironie, si l’heure n’avait pas été aussi grave et le risque aussi grand de voir apparaître des éoliennes plus grandes encore sur l’ensemble des départements de la Vienne et des deux sèvres toutes proches.


Ces départements « à la population vieillissante » comme se plaisent à la qualifier les promoteurs éoliens. Ces pauvres et sans-dents pour qui, perdre 20% de trois fois rien en terme  de valeur patrimoniale, ne représenterait pas grand chose.


Redressez vous et regardez à nouveau dans la cour de recréation. Voyez vous cet enfant dessinant dans son coin à la craie, une maison, un papa, une maman et une forêt éoliennes. Comme d autres bien plus au nord dessinaient autrefois des terrils.

Cet enfant aux troubles comportementaux inexpliqués qualifiés par un article du Dauphiné en date du 8 novembre 2021 de troubles éoliens:  « un ensemble de symptômes très divers rapportés à la nuisance des éoliennes ». Pour l’Académie, ces symptômes sont généraux (troubles du sommeil, nausées), neurologiques (céphalées, acouphènes, vertiges, etc), psychologiques (anxiété, troubles de la mémoire…).

Regardez bien cet enfant monsieur le commissaire enquêteur, qui malgré tout, sourit à  la vie. Sourit à pleines dents, quand d’autres, ses parents peut-être, sont en train de les serrer pour ne pas descendre dans la rue crier leur colère suite à  la lecture des contributions 975 et 976.

Comme d’autres sont en train de les serrer en silence chez eux si l’on se réfère au mépris auxquel ils auraient eu droit, selon leurs dires et leurs contributions, en vous rendant visite.

Un mépris à donner la nausée sans que les éoliennes ne puissent là être mises en cause.

Des réponses sont attendues dans les prochains jours, de votre part et de Madame la Préfète. Souhaitons qu’elles répondent aux interrogations soulevées par les près de 1200 contributions déposées.

Merci pour votre écoute monsieur le commissaire enquêteur.

Sachez qu’il y a tout juste 55 ans le jour d’avent tombait un dimanche 27 novembre. J’en sais quelque chose pour être né ce jour là à 0h20. Nous sommes aujourd’hui le 27 novembre, et souhaitons que cette modeste contribution ne vous arrive pas le jour d après votre prise de décision.

Cordialement

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close